top of page

CONFESSIONS D'UN BOURREAU

81oYTWKC6jL._SL1500_.jpg

Roman 

Éditions Ménadès

Broché 281 pages - Ebook disponible 

Sortie Juillet 2023

Disponible sur Amazon

Au début du XXème siècle, Paul Dufresne, fils de bourreau, n’a pas le choix et doit suivre la tradition familiale en devenant lui-même bourreau.

Son apprentissage commence dès ses onze ans, lorsque son père le prend en charge pour lui inculquer les usages de la profession. Au moment d’assumer la relève, Paul décide de fuir ses obligations en quittant son village natal.

Pour son malheur, une malédiction s’empare de lui et le personnage de la Mort, qui lui apparaît sous les traits de son père, vient se servir parmi ses proches en échange de toutes les personnes qu’il n’a pas exécutées. Paul ne trouvera la paix que lorsqu’il aura accompli son véritable destin.

Un roman historique sur la vie d'un bourreau

Cette histoire, à l’origine, avait été écrite comme un scénario et devait donner lieu à un film. Transformer ce script en roman a pris plusieurs années pour aboutir au résultat publié ici, de nombreuses réécritures s’étant ajoutées les unes aux autres. Un récit passionnant par son sujet et ses personnages, mais aussi par sa chronologie historique, qui s’échelonne notamment du drame du Titanic au procès de Nürenberg en passant par les tranchées de Verdun. Au terme de cet ouvrage, la personnalité du bourreau ne nous est plus inconnue et nous finissons par le regarder non plus comme une machine à exécuter mais comme un homme qui souffre de la souffrance d’autrui. C’est le cas de Paul Dufresne, qui ne voulait pas porter la cagoule de bourreau mais qui ne parvenait pas à se soustraire à l’autorité de son père, pour lequel la tradition faisait force de loi. Une professeure de français, aurait intéressé Federico, il y a bien longtemps donc, à la condition de vie des bourreaux, que l’auteur a intégrée au plus profond de sa plume. Une importante documentation enrichit le roman et un néo-romantisme permanent, propre au dix-neuvième siècle, habite tous les personnages de l’histoire, qui se déroule à la fois en Angleterre et en France. Parmi les qualités de ce premier roman, on remarquera le récit dans le récit, la plupart des personnages ayant leur propre histoire dans l’histoire maîtresse. C’est le cas notamment de Madame Gorma, l’aveugle voyante, de Gertrude, la femme à barbe qui a été rejetée de sa famille à cause de sa pilosité, d’Alfreda, la folle qui arrache les dents des pendus, de Matteo, le père d’Eléonore, qui est devenu directeur de cirque pour avoir un jour combattu des chiens enragés, etc. Mise en abîme astucieuse qui donne au récit son allant, son rythme. Sans oublier la charmante petite Elisabeth, la sœur adorée de Paul qui viendra régulièrement à la rescousse de son frère, un autre aspect du fantastique qui n’est jamais absent des circonstances décrites par l’auteur. La mort a frappé beaucoup dans ce roman, sur l’échafaud, certes, mais aussi dans les tranchées de Verdun, et surtout dans le cœur de Paul. La mort des coupables, elle aussi, est habilement explorée. Enfin, une réflexion humanitaire est perceptible à travers tout le roman de Federico Ariu, cinéaste dont on peut découvrir le travail sur son site officiel et une partie via Youtube.

CRITIQUES

Au début du XXème siècle, Paul Dufresne, fils de bourreau, n’a pas le choix et doit suivre la tradition familiale en devenant lui-même bourreau.

Son apprentissage commence dès ses onze ans, lorsque son père le prend en charge pour lui inculquer les usages de la profession. Au moment d’assumer la relève, Paul décide de fuir ses obligations en quittant son village natal.

Pour son malheur, une malédiction s’empare de lui et le personnage de la Mort, qui lui apparaît sous les traits de son père, vient se servir parmi ses proches en échange de toutes les personnes qu’il n’a pas exécutées. Paul ne trouvera la paix que lorsqu’il aura accompli son véritable destin.

J'ai eu un grand plaisir de lire en avant-première Confessions d'un bourreau. Et plus qu'un plaisir, le bonheur de voir que le cinéaste Federico Ariu soit devenu un romancier accompli, avec une histoire qui pioche dans la Grande Histoire, en s'alimentant de références historiques pour offrir un récit haletant qui brasse les époques. Celui d'un fils de bourreau qui ne voulait exercer le même métier que son père et qui a dû combattre pour se détacher de l'héritage familial. Un livre qui parle de traces, de passé et qui utilise les codes du thriller pour mener le lecteur au dernier chapitre.

bottom of page